CNRS

Le Centre national de la recherche scientifique est une institution de recherche parmi les plus importantes au monde. Pour relever les grands défis présents et à venir, ses scientifiques explorent le vivant, la matière, l’Univers et le fonctionnement des sociétés humaines. Internationalement reconnu pour l’excellence de ses travaux scientifiques, le CNRS est une référence aussi bien dans l’univers de la recherche et développement que pour le grand public. 

La mission du CNRS se décline en cinq axes :

1. Faire de la recherche scientifique

Le CNRS mène « toutes les recherches présentant un intérêt pour l'avancement de la science ainsi que pour le progrès économique, social et culturel du pays ». Orientée vers le bien commun, cette approche de la recherche est multidisciplinaire, tournée vers le long terme et ouverte sur l’inconnu. 

2. Valoriser les résultats

Technologies, développement durable, questions de société, le CNRS entend faire bénéficier la société des avancées accomplies. Pour cela, de nombreux dispositifs de transfert et de valorisation sont mis en place, notamment avec les partenaires industriels.

3. Partager les connaissances

Le CNRS donne accès aux travaux et aux données de la recherche car ils font partie d’un patrimoine commun. Ce partage du savoir vise différents publics : communauté scientifique, médias, grand public. 

4. Former par la recherche

La transmission des connaissances passe aussi par « la formation à et par la recherche », le CNRS accueillant chaque année dans ses laboratoires des centaines de futurs chercheurs, doctorants et post-doctorants.

5. Contribuer à la politique scientifique

Le CNRS participe à la stratégie nationale de recherche avec ses partenaires, notamment sur les grands sites universitaires français. Il réalise également des évaluations et des expertises sur des questions de nature scientifique.

Pour mettre en place des actions transverses et interdisciplinaires avec les dix instituts scientifiques du CNRS, la Mission pour les Initiatives Transverses et Interdisciplinaires (MITI) promeut et coordonne des projets variés impliquant au moins deux disciplines. La MITI met en œuvre différents outils qui tiennent compte du contexte actuel de la recherche et de l’enseignement supérieur et qui ont pour but de favoriser le développement des nouvelles thématiques, de nouvelles collaborations, et de nouvelles interactions entre scientifiques.

Filtrer par :
Résultats par page :
CNRS
Nouvelles frontières de l’archéologie : connaissance et préservation des matériaux anciens
L’archéologie aborde aujourd’hui des problématiques complexes de reconstitution des sociétés humaines anciennes à partir de vestiges matériels divers, humains et non-humains. Les méthodes mises en œuvre sur différents types de vestiges génèrent des opportunités pour de nombreux travaux interdisciplinaires.L’appel à projets concerne le matériel humain (nouvelles approches en vue d’améliorer les connaissances sur l’évolution) et le matériel non-humain (caractérisation multi-scalaire des objets anciens, développement de nouvelles approches et d’instruments de caractérisation ou de modélisation). Sur ces deux types de matériel ancien, la MITI soutiendra en priorité des projets impliquant deux démarches interdisciplinaires : les projets mobilisant le « numérique » dans ses différentes dimensions, ainsi que les projets permettant de caractériser la nature et les propriétés physico-chimiques des matériaux non humains et les recherches méthodologiques qui permettent de traiter un grand nombre de petits échantillons osseux humains....
CNRS
Instrumentation, données et analyse in situ ou operando
Le CNRS, à travers la Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires, lance un appel à projets intitulé « Instrumentation, données et analyse in situ ou operando ». Celui-ci s’adresse aux scientifiques permanent-es de toutes les unités du CNRS. Cet appel à projet souhaite soutenir l’émergence de nouveaux concepts instrumentaux fonctionnant in situ ou operando. Tous les aspects de développement, fonctionnels ou de mise en œuvre pourront être considérés : depuis les protocoles, méthodes d’observation et expérimentation, jusqu’à l’acquisition, méthodes de gestion et de traitement des données en particulier celles acquises à la volée à l’aide de ces nouveaux concepts instrumentaux....