ANR

L'Agence nationale de la recherche (ANR) est un établissement public à caractère administratif, placé sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. L'Agence met en œuvre le financement de la recherche sur projets, pour les opérateurs publics en coopération entre eux ou avec des entreprises. 

L’ANR a été créée en 2005 pour promouvoir la recherche française sur projets, et pour stimuler l’innovation en favorisant l’émergence de projets collaboratifs pluridisciplinaires et en encourageant les collaborations « publics-privés ». Il s’agit également de renforcer le positionnement de la recherche française au niveau européen et mondial. Les missions de l’Agence, définies dans le décret du 1er août 2006 révisé le 24 mars 2014, sont :

  • Financer et promouvoir le développement des recherches fondamentales et finalisées, l’innovation technique et le transfert de technologies ainsi que le partenariat entre le secteur public et le secteur privé
  • Mettre en œuvre la programmation arrêtée par le ministre chargé de la Recherche qui recueille l’avis des ministres exerçant la tutelle d’organismes de recherche ou d’établissements publics d’enseignement supérieur
  • Gérer de grands programmes d’investissement de l’État dans le champ de l’enseignement supérieur et de la recherche, et suivre leur mise en œuvre
  • Renforcer les coopérations scientifiques aux plans européen et international, en articulant sa programmation avec les initiatives européennes et internationales
  • Analyser l’évolution de l’offre de recherche et mesurer l’impact des financements alloués par l’Agence sur la production scientifique nationale

L’action de l’ANR vise ainsi à soutenir l’excellence de la recherche française à des degrés de maturité technologique variés, à soutenir la recherche fondamentale, à encourager les partenariats scientifiques académiques et « publics-privés », et à favoriser les coopérations européennes et internationales. Pour cela, elle propose des appels à projets compétitifs et met en œuvre des processus de sélection rigoureux basés sur l’évaluation par les pairs, qui respectent les principes internationaux en la matière : impartialité, équité de traitement, confidentialité, déontologie, intégrité scientifique, et transparence.  















Filtrer par :
Trier par :
Résultats par page :
ANR
2eme appel à projet conjoint Sargassum : Comprendre et prédire la prolifération des sargasses
Les grands afflux continus d'algues sargasses qui affectent actuellement les côtes des Caraïbes et des États-Unis sont les pires depuis 2011 avec 20 millions de tonnes en 2018 avec un GASP de plus de 8800km de long. L'impact économique de leur échouage se compte en millions d'euros, notamment dans l'industrie du tourisme et les émissions associées de sulfure d'hydrogène (H2S) et d'ammoniac (NH3) ont un effet significatif sur la santé des habitants des côtes. Les impacts écologiques marins n'ont pas encore été évalués. Afin d'améliorer la gestion des afflux de Sargassum, il est impératif d'accroître nos connaissances sur les conditions hydrodynamiques comme base pour développer une compréhension fiable des causes de l'occurrence et de leur variabilité inter-annuelle afin de mieux prévoir les années où les conditions d'échouage des radeaux flottants de bancs de Sargassum sont très élevées. Ces exigences sont au cœur du présent appel conjoint, qui s’attache à 3 thématiques : Construction d'un ensemble commun de données pour alimenter les différents modèles hydrodynamiques ;Modèle biologique des sargasses pour le couplage ;Développement d'un modèle intégratif couplant l'hydrodynamique et la biologie des sargasses expliquant la variabilité des événements liés aux sargasses ; Cet appel à projets a pour objectif d’apporter des solutions pragmatiques à l’échouage des sargasses et enrichir les connaissances sur ce phénomène qui affecte plus particulièrement les îles du bassin caribéen. Il est soutenu par l’ANR, la CONACYT (Mexique), la FACEPE (Brésil) et le NWO (Pays-Bas)....
ANR
Accélération des stratégies de développement des établissements d’enseignement supérieur et de recherche – Appel à projets
La capacité d’un établissement à développer et à diversifier ses sources de financement est donc devenue essentielle au développement de ses activités et de son rayonnement sur les scènes académiques nationales mais aussi européennes et internationales. L’objectif de cet appel est donc d’aider les établissements d’enseignement supérieur et de recherche à accroître leurs ressources pour déployer des projets nouveaux portés par leurs personnels et leurs équipes grâce aux moyens supplémentaires ainsi obtenus. Ces projets doivent prioritairement s’attacher à développer la formation tout au long de la vie et/ou les projets européens, même si le développement d’autres projets n’est pas exclu. Les projets peuvent concerner toutes les missions (hors vie étudiante) que la Loi leur confie : formation, recherche, international, innovation, expertise… Les projets attendus doivent être portés par un établissement d’enseignement supérieur et de recherche. L’Etat investit avec l’établissement et l’accompagne : i. Dans un premier temps, pour faire monter en compétence les équipes dédiées au montage de projets et au développement des ressources à travers un soutien au fonctionnement et aux ressources humaines ; ii. Dans un deuxième temps, pour accompagner l’augmentation du niveau des ressources en abondant les ressources supplémentaires obtenues au titre des activités soutenues dans le cadre de cet appel. Ce financement est dégressif pour conduire à moyen terme les établissements à en être indépendants pour mener leur politique de développement des ressources : i. dans la durée : il se réduit progressivement pendant toute la durée du projet pour s’arrêter définitivement à la fin du projet. ii. dans l’intensité : plus les montants supplémentaires obtenus par les établissements soutenus dans le cadre de cet appel sont importants, plus le taux marginal d’aide est réduit. Les établissements porteurs peuvent postuler à cet AAP dans une logique de site. Ils peuvent ainsi s’appuyer sur un partenariat, à l’échelle d’un site, avec d’autres établissements d’enseignement supérieur et de recherche, avec des organismes nationaux de recherche ou avec d’autres structures (filiales, fondations…). Ils devront alors présenter ce partenariat en expliquant : quel est l’établissement porteur qui sera l’intermédiaire de l’État sur le projet collectif ;quel est le projet de développement commun entre les partenaires, sur une logique de site, en justifiant d’une stratégie commune ;de quelle façon les équipes support soutenues seront mises en commun ;comment les montants demandés viennent abonder cette stratégie commune et quelle est la logique de répartition de l’abondement entre les partenaires. L’initiative de la construction et du dépôt d’un projet en réponse à cet appel doit relever uniquement de la présidence ou de la direction de l’établissement porteur. Cet appel est doté d’une enveloppe de 200 M€ et ne donnera lieu qu’à une seule vague. La limite de soumission des dossiers est le 15 septembre 2022....
ANR
Approche « One Health » des zoonoses : Recherche et Innovation - appel à projets ERA-NET ICRAD 2022
La majorité des maladies infectieuses émergentes ont leur source chez les animaux, et l'émergence se produit à l'interface animal/humain - les infections chez les animaux franchissent la barrière des espèces pour infecter les humains ou vice-versa. Prévenir l'émergence de zoonoses à la source en comprenant et en atténuant les facteurs, ou déterminants, qui influencent la primo-infection et la transmission est un objectif important dans le cadre de cet appel. En particulier, cet appel s’articulera autour de 2 axes : Axe 1 : Amélioration de la compréhension de l’interface animal-humain-environnement Axe 2 : Détection et Prévention L’appel à projets couvrira les infections virales, bactériennes, parasitaires, à prions et fongiques. Un accent important sera mis sur le rôle de la faune et d'autres vecteurs (y compris les arthropodes) dans la (ré)émergence et la transmission d'agents pathogènes zoonotiques au bétail. Les consortiums doivent comporter de 3 à 8 partenaires, appartenant à au moins trois pays différents impliqués dans l’appel à projets. Deux partenaires maximum par pays seront acceptés. En fonction des règles des différentes agences participantes, les partenaires peuvent venir du monde de la recherche académique, comme du milieu privé, industriel ou associatif. Une description détaillée des critères d’éligibilité est disponible sur le site de l’ERA-NET ICRAD. Le financement sera attribué pour une durée de trois ans maximum. L'ANR financera les partenaires français des projets sélectionnés....