ANR

L'Agence nationale de la recherche (ANR) est un établissement public à caractère administratif, placé sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. L'Agence met en œuvre le financement de la recherche sur projets, pour les opérateurs publics en coopération entre eux ou avec des entreprises. 

L’ANR a été créée en 2005 pour promouvoir la recherche française sur projets, et pour stimuler l’innovation en favorisant l’émergence de projets collaboratifs pluridisciplinaires et en encourageant les collaborations « publics-privés ». Il s’agit également de renforcer le positionnement de la recherche française au niveau européen et mondial. Les missions de l’Agence, définies dans le décret du 1er août 2006 révisé le 24 mars 2014, sont :

  • Financer et promouvoir le développement des recherches fondamentales et finalisées, l’innovation technique et le transfert de technologies ainsi que le partenariat entre le secteur public et le secteur privé
  • Mettre en œuvre la programmation arrêtée par le ministre chargé de la Recherche qui recueille l’avis des ministres exerçant la tutelle d’organismes de recherche ou d’établissements publics d’enseignement supérieur
  • Gérer de grands programmes d’investissement de l’État dans le champ de l’enseignement supérieur et de la recherche, et suivre leur mise en œuvre
  • Renforcer les coopérations scientifiques aux plans européen et international, en articulant sa programmation avec les initiatives européennes et internationales
  • Analyser l’évolution de l’offre de recherche et mesurer l’impact des financements alloués par l’Agence sur la production scientifique nationale

L’action de l’ANR vise ainsi à soutenir l’excellence de la recherche française à des degrés de maturité technologique variés, à soutenir la recherche fondamentale, à encourager les partenariats scientifiques académiques et « publics-privés », et à favoriser les coopérations européennes et internationales. Pour cela, elle propose des appels à projets compétitifs et met en œuvre des processus de sélection rigoureux basés sur l’évaluation par les pairs, qui respectent les principes internationaux en la matière : impartialité, équité de traitement, confidentialité, déontologie, intégrité scientifique, et transparence.  















Filtrer par :
Trier par :
Résultats par page :
ANR
Appel à projets internationaux entre l’Europe et la Chine dans le cadre de l’ERA-NET Cofund Urban Accessibility and Connectivity (EN-UAC)
Contexte Dans le contexte du défi de l’urbanisation globale, la NFSC et la JPI Urban Europe ont engagé un travail commun pour aboutir à un programme de coopération sur le long terme dans le domaine de l’urbanisation durable. Cette coopération se base sur l’agenda de la recherche stratégique et de l’innovation (SRIA) de la JPI Urban Europe et du 13ème plan quinquennal de la NSFC. Un premier appel entre les deux parties a eu lieu en 2018. Il s’agit ici du deuxième appel entre la JPI Urban Europe et la NSFC s’inscrivant en tant qu’appel additionnel de l’ERA-NET Cofund Urban Accessibility and Connectity (EN-UAC). Dans le domaine de l’accessibilité et de la connectivité urbaine, l’ERA-NET Cofund EN-UAC vise à aider à répondre aux besoins des autorités municipales par des appels à projets de recherche et d’innovation, dans le but de développer des politiques de mobilité urbaine plus durable. Objectifs de l’appel à projets Cet appel vise à soutenir une large sélection de projets de recherche et d’innovation avec un fort impact scientifique et sociétal. Il cherche à : mobiliser une très large gamme de disciplines scientifiques, notamment dans des projets interdisciplinaires traitant des défis actuels en matière de transport et de logistique, de mobilité et de durabilité urbaine. Les disciplines peuvent inclure, sans s'y limiter, la gestion, l'économie, le génie civil et industriel, la recherche opérationnelle, la psychologie, l'informatique, la géographie, la sociologie et l'urbanisme.favoriser les collaborations entre les divers types de partenaires : établissements de recherche publique, établissement de recherche privée, entreprises, villes/municipalités/régions, ONG…impliquer des praticiens (partenaires qui mettent en pratique sur le terrain les résultats issus de la recherche) au sein des consortia afin d’assurer un meilleur transfert des résultats de la recherche vers les acteurs de la transition urbaine. Thématiques de l’appel à projet Une proposition doit aborder au moins un thème de l’appel mais peut être liée à une combinaison des deux si elle traite un sujet transversal : Thème 1 : Logistique urbaine durable à l’ère du numérique Les opérations de transport et de logistique urbains font partie de chaînes d'approvisionnement complexes qui répondent aux besoins quotidiens de milliards d'habitants des villes. Alors que la population mondiale migre de plus en plus vers les villes, que celles-ci s'étendent en termes de population et d'espace et que les produits agricoles, de construction et manufacturés proviennent de plus en plus loin, les systèmes de transport et de logistique urbains font désormais partie de systèmes d'approvisionnement de plus en plus longs et lents à réagir. Parallèlement, les systèmes de transport et de logistique au sein des villes sont de plus en plus fragmentés et réactifs. Thème 2 : La mobilité urbaine neutre en carbone Les problèmes urbains de longue date liés au transport comprennent la congestion du trafic, l'empreinte carbone, la pollution de l'air et du sol, la sécurité routière et la consommation d'espace. Dans un contexte de croissance et d'expansion des entités urbaines, la plupart de ces problèmes demeurent, mais plusieurs paramètres clés du développement urbain sont actuellement remis en question, secoués par des tendances sociétales incertaines, des habitudes de travail et de nouvelles technologies, ce qui appelle un effort de recherche renouvelé. Pour répondre aux problèmes environnementaux et sociétaux actuels auxquels nous sommes confrontés, nous devons trouver un modèle alternatif à celui de l'étalement urbain et de la voiture, dont les performances sont négatives au regard de la plupart des indicateurs de développement urbain durable. On invite le lecteur intéressé par cet appel à projets à lire attentivement le texte de l’appel ainsi que l’annexe pour les participants français disponible sur cette page.  Participation à l’appel à projets Les agences de financement nationales de huit pays européens participent à l’appel à projets en partenariat avec la Fondation des sciences naturelles de Chine (NFSC) : la Belgique, le Danemark, la France, les Pays-Bas, la Pologne, la Roumanie, la Slovénie et la Suède. Les projets financés dans le cadre de cet appel devront être soumis par des consortia composés d’au moins deux partenaires européens, éligibles à un financement, issus de deux pays européens participant à l’appel. D’autre part, le consortium doit être composé d’au moins deux, maximum trois, partenaires chinois (issus de différentes entités d’appartenance et dont l’un est le déposant principal de la pré-proposition et de la proposition auprès de la NSFC). Un consortium doit comporter au moins un partenaire représentant les « urban public authority » (collectivités territoriales : communes, départements, régions, collectivités à statut particulier, collectivités d'outre-mer, EPCI, groupement de collectivités ...). Au sein de chaque consortium sélectionné, le financement des chercheurs participants sera assuré par leurs organismes de financement nationaux respectifs, selon leurs termes et leurs conditions de financement. Ainsi, l’ANR ne financera que les équipes françaises....
ANR
1er appel à projets conjoint Chlordécone
Le gouvernement a lancé le 24 février 2021 le plan chlordécone IV pour la période 2021-2027. Ce plan vise à poursuivre et à renforcer les mesures déjà engagées pour réduire l’exposition des populations à la chlordécone en Guadeloupe et en Martinique, ainsi qu’à déployer des mesures d’accompagnement adaptées, tout en veillant à répondre aux besoins de la population. Dans le cadre de ce plan chlordécone IV, plusieurs appels à projets de recherche « Chlordécone » seront lancés. Ce 1er appel à projets de recherche aborde la problématique de la pollution au chlordécone aux Antilles, par une approche de type « one health » c’est-à-dire une approche intégrative, systémique et unifiée de la santé humaine, animale et environnementale. Cet appel a pour objectif de promouvoir des recherches sur la caractérisation des impacts du chlordécone et de ses dérivés, et des solutions pour les réduire et s’articule autour de 3 axes thématiques : PRÉVENTION DES EXPOSITIONS pour abaisser les causes et les facteurs de risque liés à la présence du chlordécone ; en particulier dans la chaîne alimentaire ;De favoriser l'identification des freins et des leviers aux échanges et aux interactions entre SCIENCE ET SOCIÉTÉ, c'est-à-dire entre la recherche scientifique sur le chlordécone et les acteurs des sociétés caribéennes ;De proposer des solutions innovantes, rentables et intégrées capables d'apporter RESILIENCE ET DURABILITE dans le développement socio-économique caribéen Cet appel à projets a pour objectif d’apporter des solutions pragmatiques et enrichir les connaissances sur le chlordécone qui affecte particulièrement les Antilles. Il est soutenu par l’ANR, la Collectivité Territoriale de Martinique et la Région Guadeloupe....
ANR
Appel à projets transnationaux : Patrimoine culturel, société et éthique (JPI CH CHSE) 2022
Les candidats sont invités à déposer des projets transnationaux traitant des liens entre le patrimoine culturel, la société et l’éthique. Les approches trans- et interdisciplinaires sont particulièrement encouragées tant de telles approches sont nécessaire au développement de recherches innovantes dans ce domaine. Deux thèmes : Deux thèmes ont été sélectionnés pour cet appel. Les candidats peuvent choisir de répondre à l’un ou l’autre ou bien d’associer des problématiques et / ou des approches relevant des deux. Les thèmes sont les suivants : Patrimoine culturel et développement économique.Patrimoine culturel et stratégies durables. Veuillez-vous référer au texte de l’appel pour une description détaillée de ces thèmes. Budget et pays participants Dans le cadre de cet appel, un montant total de 5 270 000 euros est apporté par des organisations de financement basés dans les pays suivants : Belgique, Espagne, France, Lituanie, Norvège, le Royaume des Pays-Bas, République Tchèque, Roumanie (en attente de confirmation), Royaume-Uni. Les candidats sont invités à consulter les conditions d’éligibilité au financement auprès de ces agences disponibles dans le texte de l’appel (ci-dessous). Veuillez noter que la participation de l’UEFISCDI (Roumanie) en tant qu’organisation de financement pour cet appel n’est pas encore confirmée. Les candidats basés en Roumanie et ceux qui envisagent de former un consortium de recherche avec des partenaires basés en Roumanie sont invités à demander conseil à leurs organisations de financement respectives (cf. coordonnées en Annex A du texte de l’appel). En attendant, le secrétariat de l’appel conseille à tous les candidats envisageant de former un consortium avec un partenaire basé en Roumanie de prévoir d’intégrer le partenaire basé en Roumanie en tant que « Cooperation Partner » au sein du consortium, selon les modalités décrites à la section 3.2.4 du texte de l’appel, plutôt que comme « Project Leader » ou « Principal Investigator ». Veuillez noter que dans l’éventualité où UEFISCDI venait à se retirer définitivement de l’appel, un tel consortium devrait rassembler au moins trois partenaires de trois pays différents (à l’exclusion donc de la Roumanie) dont les organisations financent l’appel, conformément aux critères d’éligibilité décrits dans le texte de l’appel. Critères d’éligibilité Les critères d’éligibilité généraux de l’appel sont les suivants: La durée minimale des projets est de 24 mois (deux années) et la durée maximale est de 36 mois (trois années).Chaque consortium doit comporter au moins trois responsables scientifiques (Principal Investigator - PI), chacun basé dans une institution relevant d’une agence de financement nationale différente participant à cet appel. L’institution doit être éligible au regard des critères de cette agence.Le nombre maximum de responsables scientifiques au sein d’un consortium est de cinq.Chaque consortium doit comporter au moins un partenaire associé afin de renforcer l'impact et la pertinence sociétale du projet.Le dépôt d’une pré-proposition en étape 1 puis d’une proposition détaillée en étape 2 est obligatoire.Les candidatures doivent satisfaire aux critères d’éligibilité et aux budgets disponibles des organisations auprès desquelles un financement est sollicité.Tous les documents constitutifs des dossiers de pré-proposition et proposition doivent être soumis en anglais. Pour faciliter la constitution de consortia de recherches internationaux remplissant les critères d’éligibilité susmentionnés, le secrétariat de l’appel organisera une ou plusieurs séances d’information au cours des mois de mars et d’avril et a mis en place une plateforme de réseautage sur laquelle les chercheurs peuvent échanger. Pour plus d’informations et s’y inscrire, veuillez-vous rendre sur la page de l’appel....
ANR
Laboratoires communs organismes de recherche publics – PME, ETI (LabCom) appel à propositions Edition 2022
une gouvernance commune,une feuille de route de recherche et d’innovation,des moyens de travail permettant d’opérer en commun la feuille de route,une stratégie visant à assurer la valorisation par l’entreprise du travail partenarial. UN DISPOSITIF SIMPLE ET EFFICACE Examen des candidatures ouvert au fil de l’eau Sélection s’appuyant sur un comité de pilotage Financement forfaitaire du laboratoire de recherche public à hauteur de 363 k€ sur 54 mois LE DOSSIER DE CANDIDATURE - Partenariat bilatéral : un organisme de recherche et une PME ou ETI - Un engagement à signer un contrat de laboratoire commun définissant : Une feuille de route de recherche et d’innovationUn programme sur au moins 54 mois, ne se limitant pas à des objectifs définis à l’avance Une stratégie de valorisation et de gouvernance communeUne stratégie de pérennité de la collaboration au-delà du soutien ANR UN FONCTIONNEMENT EN DEUX TEMPS 1. Phase de montage Durée maximale souhaitée : 6 mois définie dans la propositionValidation par l’ANR du contrat de laboratoire commun 2. Phase de fonctionnement Le temps restant jusqu’à T0 + 54 mois Pas de prolongation  Ouvert à partir du 1er mars 2022, l’appel à propositions est ouvert au fil de l’eau selon les modalités indiquées dans le texte de l’appel à projets. Toutefois, deux dates de clôtures de soumission sont prévues afin de fluidifier les dépôts de dossiers de candidature (consultez la page de l’appel pour la mise à jour du calendrier). le 6 mai 2022le 20 septembre 2022 Informations utiles : contact : labcom@agencerecherche.fr ...
ANR
Appel à projets de l’initiative PRIMA - Partenariat pour la recherche et l'innovation dans la région méditerranéenne - Section 2 - 2022
Prévenir et réduire la salinisation et la pollution terrestre et aquatique dues aux activités du secteur agroalimentaire.Améliorer la durabilité de l’agropastoralisme dans la région Méditerranéenne dans le contexte du changement climatiqueFaciliter la transition vers des comportements alimentaires sains et durables Seuls les projets transnationaux seront financés. Les consortiums doivent inclure au minimum trois équipes provenant d'au moins trois pays différents participant à l'appel : Dont au moins 1 pays Etat membre de l’Union Européenne ou un pays associé (AC) de la liste suivante: Allemagne, Croatie, Chypre, Espagne, France, Italie, Luxembourg, Malte, Portugal, Slovénie (en incluant les territoires ultramarins associés à ces pays).Au moins 1 pays de la liste suivante :  Algérie, Egypte, Israël, Jordanie, Liban, Maroc, Tunisie, Turquie. Chaque organisme de financement financera ses équipes nationales, les candidats doivent donc veiller à respecter les règles d'éligibilité de leur financeur respectif....
ANR
JPcofuND 2. Appel à projets : Mécanismes des interventions non médicamenteuses pour les maladies neurodégénératives
L’appel associe 19 pays membres : l’Allemagne, l’Australie, la Belgique, le Canada, le Danemark, l’Espagne, la Finlande, la France, la Hongrie, l’Italie, la Lettonie, le Luxembourg, les Pays Bas, la Norvège, la Pologne, la Slovaquie, la Suisse, la République Tchèque et la Turquie. L’objectif de cet appel est de financer des projets de recherche fondés sur des hypothèses, ambitieux, novateurs, multidisciplinaires et multinationaux afin de déterminer les mécanismes biomédicaux, psychologiques et/ou sociaux responsables des effets observés lors des interventions non médicamenteuses pour les maladies neurodégénératives. L’objectif est d’identifier des cibles potentielles pour des traitements personnalisés utilisant les interventions non médicamenteuses seules ou en complément des traitements pharmacologiques. Les thèmes de recherche suivants sont attendus dans les propositions : mécanismes moléculaires ou physiques sous-jacents aux effets des interventions non médicamenteuses mécanismes des interventions efficaces aux niveaux moléculaire et cellulaire étudiés, en utilisant des technologies de pointe mécanismes des interventions non médicamenteuses identifiés par imagerie du cerveau, électrophysiologie et autres techniques avancées Identification des marqueurs biologiques, psychologiques et de santé sociale permettant l’identification des facteurs de risque modifiables par des interventions non médicamenteuses visant à mieux prédire les effets des études cliniques interventionnelles de grande échelle Améliorer l’efficacité des interventions non médicamenteuses grâce à une meilleure compréhension des mécanismes sous-jacents Identification des cibles pharmacologiques pour des interventions non médicamenteuses en complément des traitements pharmacologiques Identification des facteurs individuels permettant une meilleure prédiction des réponses aux interventions...
ANR
Appel à projets : "Montage de Réseaux Scientifiques Européens ou Internationaux (MRSEI)", Edition 2022
Le programme MRSEI a été créé pour donner les moyens aux scientifiques travaillant dans des laboratoires français de déposer en tant que coordinatrice/coordinateur un projet de recherche à des appels collaboratifs européens (Horizon Europe) ou internationaux et de leur donner ainsi la possibilité de développer des projets interdisciplinaires ambitieux et de renforcer leur visibilité au niveau international. Dans le cadre de cet appel, seules sont attendues des propositions ayant pour objet de constituer un réseau scientifique européen ou international, coordonné par une équipe française. Ces réseaux de recherche constitués dans le cadre du programme MRSEI sont tenus de candidater à un appel à projets ambitieux, européen ou international. NB : Pour toute information ou orientation concernant les appels « Horizon Europe », veuillez contacter les PCN (Points de Contact Nationaux). Les propositions sélectionnées recevront une aide maximale de 30 k€ pour une durée de 24 mois. L’aide reçue financera exclusivement des actions permettant d’élaborer ou de renforcer le réseau scientifique (frais de mission, de réunion, de réception, etc…) et/ ou de la prestation de service pour aider la coordinatrice/ le coordinateur à monter le projet européen ou international. L'ANR a pris des dispositions permettant une grande rapidité dans la prise de décision et la mise en place des financements : un dossier de soumission simplifié ;un bénéficiaire unique de l'aide pour le compte du consortium complet : l’organisme de recherche français ;une sélection par les pairs réalisée en une seule phaseune procédure de décision de financement unilatérale Axes et thèmes de recherche : Tous domaines scientifiques, tous thèmes mono- ou pluridisciplinaires. Type de recherche : Fondamentale ou finalisée....
ANR
Endiguer la résistance aux antimicrobiens via des approches thérapeutiques innovantes (JPIAMR-DRUID 2022)
Cet appel vise à améliorer le traitement des infections bactériennes et fongiques (y compris en cas de coïnfection) aussi bien en santé humaine, animale et végétale grâce à l’amélioration de l’efficacité, et de la spécificité de drogues préexistantes, grâce à de nouveaux protocoles d’administration, grâce à de nouvelles combinaisons thérapeutiques et/ou grâce au repositionnement de drogues. Cet appel porte sur les agents antimicrobiens homologués (antibiotiques/antifongiques) et sur les agents au stade préclinique ou clinique précoce. Les recherches proposées devront porter sur un ou plusieurs domaines « One Health » (santé humaine, santé animale, santé végétale). Chaque consortium doit inclure un minimum de 3 participants éligibles au financement et appartenant à 3 pays différents participants à l’appel à projets, dont au moins 2 pays européens ou associés. Le nombre maximum de partenaires autorisés dans un consortium (y compris les partenaires non financés) est de 6. Le consortium peut être élargi à 7 participants si au moins un des participants est issu d’une entreprise ou travaille dans un pays à revenu faible ou intermédiaire, en Lituanie ou en Pologne. La participation de partenaires additionnels sur fond propre est possible mais limitée à 30% du budget total demandé. Le financement sera attribué pour une durée initiale de trois ans maximum. L'ANR financera les partenaires français des projets sélectionnés. En respect avec les engagements de l’ANR, les participants s’engagent à déposer leurs publications au sein d’archives ouvertes, et à respecter le protocole de Nagoya concernant l’utilisation des ressources génétiques. ...
ANR
Appel à projets transnationaux pour la recherche sur les maladies cérébrovasculaires, dont le dysfonctionnement des petits vaisseaux et des barrières cérébrales - ERA NET Neuron - 2022
Les propositions de recherche doivent couvrir au moins l'un des domaines suivants : a) Recherche fondamentale sur la pathogenèse, l'étiologie, la progression, le traitement et la prévention des maladies cérébrovasculaires, y compris les maladies des petits vaisseaux, ainsi que sur le rôle des barrières cérébrales dans les maladies cérébrovasculaires. Le développement de nouveaux outils et technologies (i.e. computationnelles, statistiques) sont inclus dans le périmètre de cet appel. b) Recherche clinique visant à élaborer de nouvelles stratégies de prévention (y compris la prévention secondaire), de diagnostic, de stratification des patients, de thérapie et/ou de réadaptation pour les maladies cérébrovasculaires. Cet appel est soutenu par 22 agences situées dans les pays suivants : Allemagne, Belgique, Canada, Croatie, Espagne, Estonie, France, Hongrie, Israël, Italie, Lettonie, Norvège, Pologne, Roumanie, Slovaquie, Suisse, Taiwan et Turquie. L'ERA-NET NEURON vise à renforcer la participation des patients dans la recherche. Toutes les demandes doivent inclure une description des résultats attendus ayant une pertinence potentielle pour les patients.  Des représentants des patients et des experts en aspects éthiques de la recherche participeront à l'examen des propositions complètes sélectionnées en complément de l’évaluation scientifique par des pairs. Les propositions doivent être soumises par des consortiums composés d'un minimum de 3 et d'un maximum de 5 groupes de recherche, provenant d'au moins 3 pays différents. La participation de jeunes chercheurs en tant que Responsables scientifiques de partenaires est fortement encouragée et sera considérée lors de l'évaluation. Pas plus de deux groupes de recherche ne doivent être issus du même pays. Seuls les Partenaires français de chaque consortium sélectionné seront financés par l'ANR. Les projets sélectionnés peuvent être financés pour une durée maximale de trois ans. Le financement devrait commencer début 2023....
ANR
Compétences et Métiers d’Avenir (CMA) – Appel à manifestation d’intérêt – 2021-2025
Pour permettre au pays de s’engager dans une période de profondes transformations à l’issue de la crise sanitaire, France 2030, le plan annoncé par le Président de la République le 12 octobre 2021, répond à un objectif clair : préparer la France de demain par des choix d’investissements stratégiques majeurs, au service de nos concitoyens et d’une ambition écologique forte, pour mieux produire, mieux vivre et mieux comprendre notre monde. Il s’agit à la fois de rattraper notre retard dans certains secteurs historiques et de donner un temps d’avance à la France en créant de nouvelles filières industrielles et technologiques pour accompagner les transitions écologiques et numériques. France 2030, conçu à la suite de consultations très larges, consacrera 34 Mds€ dans les cinq prochaines années à cette ambition et s’articule autour de 10 objectifs, qui amplifient et accélèrent les investissements portés par les programmes d’investissements d’avenir : favoriser l’émergence d’une offre française de petits réacteurs nucléaires (small modular reactors, SMR) d’ici 2035 ;devenir le leader de l’hydrogène décarboné et développer des technologies d’ENR à la pointe ;décarboner notre industrie ;produire en France, à l’horizon 2030, près de 2 millions de véhicules électriques et hybrides ;produire en France, d’ici 2030, le premier avion bas-carbone ;investir dans une alimentation saine, durable et traçable afin d’accélérer la révolution agricole et alimentaire sur laquelle la France est un pays leader ;produire en France au minimum 20 biomédicaments, en particulier contre les cancers, les maladies chroniques dont celles liées à l’âge et créer les dispositifs médicaux de demain ;placer la France en tête de la production des contenus culturels et créatifs ;prendre toute notre part dans l’aventure spatiale ;investir dans le champ des fonds marins. L’atteinte de ces objectifs dépend de 5 conditions, qui bénéficient également de ces investissements. Notamment, un des enjeux majeurs est celui de soutenir l’émergence de talents et d’accélérer l’adaptation des formations aux besoins de compétences des nouvelles filières et des métiers d’avenir. L’appel à manifestation d’intérêt « Compétences et métiers d’avenir » s’inscrit dans ce cadre et vise à répondre aux besoins des entreprises en matière de formation et de compétences nouvelles pour les métiers d’avenir. L’ingénierie de formation sur des métiers en tension pourra également renforcer notre capacité à atteindre les objectifs de France 2030. Il peut s’agir de i) réaliser si nécessaire les diagnostics de besoins en compétences et en formations, et identifier les initiatives et projets en rapport avec une stratégie ou plusieurs stratégies nationales, ii) financer les projets les plus adaptés qui auront été sélectionnés par une procédure exigeante. Les décisions prises dans le cadre de cet AMI tiendront compte notamment des autres initiatives du programme d’investissements d’avenir et du plan de relance. Le présent AMI renvoie pour plus de détails au site internet du Secrétariat général pour l’investissement (SGPI) où sont présentées les priorités de France 2030 et qui précise, lorsque ces informations sont disponibles, le diagnostic, les besoins en compétences et les budgets mobilisables. Ce site (https://gouvernement.fr/appel-a-manifestations-d-interet-competences-et-metiers-d-avenir) l’objet d’une mise à jour régulière. Les candidats à l’AMI sont invités à le consulter et à préciser, lors du dépôt de leur dossier, pour quelle(s) priorité(s) du plan France 2030 ils soumettent leur candidature. L’ambition de l’appel à manifestation d’intérêt « Compétences et métiers d’avenir » est d’anticiper autant que possible et de contribuer à satisfaire les besoins en emploi ou en compétences, que ceux-ci soient sanctionnés par des titres, des certifications ou des diplômes. Il s’agit aussi d’accélérer la mise en œuvre de formations y préparant, ainsi que leur accès en matière d’information, d’attractivité et d’inscription tant en cursus de formation initiale qu’en formation continue quel que soit le statut de l’actif (salarié, demandeur d’emploi, indépendant, libéral ou entrepreneur). La demande des entreprises porte fréquemment sur le manque de personnel formé et adapté à un marché du travail qui change sans cesse. Au-delà des attentes propres à chacune des entreprises, les besoins d’un territoire ou de la filière concernés par la stratégie, s’ils ne sont pas satisfaits, peuvent être sources de faiblesse dans la mise en œuvre de chaque priorité de France 2030. C’est pourquoi, il est indispensable de pouvoir y répondre, en s’appuyant soit sur des dispositifs existants qui ont fait leurs preuves – par exemple les campus des métiers et qualifications d’excellence (CMQe), l’ingénierie de formation professionnelle et d’offre d’accompagnement innovant (IFPAI), les initiatives d’excellence en formations innovantes (IDEFI), les nouveaux cursus à l’université (NCU) ou encore les écoles universitaires de recherche (EUR) pour les plus hauts niveaux de diplomation – mais aussi d’inventer des solutions nouvelles permettant de répondre aux enjeux d’attractivité, de vocations, d’adaptation, de transformation, de massification et d’élévation des compétences ou d’attractivité de certains métiers ou filières, par exemple en adressant les questions de communication, d’inclusion et de diversité ou en intégrant des technologies digitales et immersives dans la formation. La mise en réseau de dispositifs existants, par exemple les Campus des métiers et des qualifications, peut également être soutenue pour apporter une réponse coordonnée à une problématique de filière. Pour certaines priorités, les moyens attribués pour des actions de formation ont été déterminés. Dans ce cas, ils sont affichés sur le site internet de référence : https://gouvernement.fr/appel-a-manifestations-d-interet-competences-et-metiers-d-avenir. Pour les priorités France 2030 pour lesquelles ce n’est pas le cas, un diagnostic devra être posé au préalable. Il s’agira de définir le périmètre des métiers concernés et d’impliquer les acteurs pouvant poser ce diagnostic exhaustif, sur lequel des propositions de formations viendront ensuite s’adosser. Les dossiers de réponse à cet AMI feront l’objet de levées organisées régulièrement. La première de ces levées est prévue pour le 24 févier 2022. L’Agence nationale de la recherche (ANR) et la Caisse des dépôts et consignations sont les opérateurs de l’AMI et seront désignés comme les interlocuteurs des porteurs de projets en fonction de la nature des projets....
ANR
Développement de nouveaux outils et voies d'analyse pour accélérer le diagnostic et faciliter le suivi diagnostique (y compris des cas non diagnostiqués) dans les maladies rares (EJP RD) - Appel à projets 2022
Les projets de recherche transnationaux doivent couvrir au moins un des domaines suivants, de pertinence équivalente pour cet appel: Diagnostic phénotypique : intégration entre différentes ontologies, intégration de voies partagées, phénotypage numérique, développement d'approches/d'applications d'intelligence artificielle pour extraire des données liées à la santé à l'aide du diagnostic;Etude de marqueurs/biomarqueurs pronostiques pour un diagnostic précoce et le suivi de la maladie;Méthodologies de résolution de cas actuellement difficiles à analyser en raison de différents mécanismes sous-jacents, incluant des nouvelles technologies de génomique / génomique fonctionnelle, multi-omics, mathématiques, approches bio-statistiques, bio-informatiques et intelligence artificielle;Stratégies fonctionnelles pour stratifier globalement les variants de signification inconnue (VUS) à usage clinique ; mise en place de systèmes (in vitro) pour faire la distinction entre VUS et variants pathogènes;Développement de modèles de voies pour permettre le diagnostic, en particulier pour les maladies nouvellement découvertes qui peuvent partager des mécanismes moléculaires sous-jacents avec des maladies déjà connues. Les consortiums doivent comporter de 4 à 8 partenaires, appartenant à au moins quatre pays différents impliqués dans l’appel à projets. Deux partenaires maximum par pays seront acceptés. En fonction des règles des différentes agences participantes, les partenaires peuvent venir du monde de la recherche académique, comme du milieu privé, industriel ou associatif. Une description détaillée des critères d’éligibilité est disponible sur le site de l’EJP RD. Le financement sera attribué pour une durée de trois ans maximum. L'ANR financera les partenaires français des projets sélectionnés....
ANR
Appel à projets transnationaux 2022 sur la Médecine Personnalisée dans le cadre de l'ERA-NET : ERA PerMed
Cet appel vise à soutenir des projets de recherche translationnelle dans le domaine de la médecine personnalisée. A cette fin, ERA PerMed cherche à encourager les collaborations interdisciplinaires en favorisant les synergies entre la recherche préclinique ou clinique avec la bio-informatique, la recherche ELSA (aspects éthiques, juridiques et sociaux) ou la recherche de l’implémentation dont l'économie de la santé. Cet appel se veut également intersectoriel en encourageant la collaboration entre le monde académique (équipes de recherche des universités, établissements d'enseignement supérieur, établissements de recherche publics, centres de recherche), la recherche clinique/santé publique (équipes de recherche des hôpitaux/santé publique, établissements de santé et autres organismes de santé), les partenaires privés par exemple les PME (petites et moyennes entreprises) ainsi que les décideurs politiques, les agences de réglementation/HTA (health technology assessment) et les organisations de patients. Cet appel réuni 33 organismes de financement de la recherche de 26 pays : Afrique du Sud, Allemagne, Autriche, Belgique, Brésil, Canada, Chili, Croatie, Danemark, Espagne, Estonie, France, Hongrie, Irlande, Israël, Italie, Lettonie, Lituanie*, Luxembourg, Norvège, Pologne, Roumanie, Slovénie, Suède, Taïwan et Turquie. Outre les agences nationales de financement, 7 régions participent : Wallonie-Bruxelles (Belgique), Québec (Canada), Saxe (Allemagne), Lombardie (Italie), Toscane (Italie), Catalogne (Espagne) et Navarre (Espagne), et un organisme caritatif (AECC-FC). *En attente d’une décision de participer. Un appel structuré autour de 3 thématiques Les propositions doivent être interdisciplinaires et démontrer explicitement l'impact potentiel en médecine personnalisée ainsi que la valeur ajoutée d’une collaboration transnationale. L’appel est construit autour de trois domaines de recherche orientés sur l’implémentation d’approches de médecine personnalisée dans les systèmes de santé : « Convertir les connaissances fondamentales en recherche clinique et au-delà »,« Données et technologies de l'information et de la communication (TIC) »,« Recherche pour une implémentation régulée et raisonnée dans les systèmes de santé ». Chaque proposition DOIT aborder au moins un module de chaque domaine de recherche : L'évaluation des propositions prendra en considération l'intégration et la combinaison cohérentes des différents domaines et modules de recherche. Composition du consortium Les propositions peuvent être soumises par des candidats appartenant à l'une des catégories suivantes (A, B et/ou C), si la structure est éligible pour recevoir des financements de la part de leur agence de financement régionale/nationale : A.    Universités ou instituts de recherche ; B.    Secteur clinique/santé publique ; C.    Partenaires privés à but lucratif (industrie ; ex. PME) et partenaires privés à but non lucratif (ex. fondations, associations ou organisations non gouvernementales). Les propositions doivent être soumises par des consortiums composés d’un minimum de trois et d’un maximum de six partenaires provenant d’au moins trois pays différents. Il ne peut y avoir plus de 2 partenaires d’un même pays dans le consortium. Les partenaires ne peuvent pas appartenir à une même structure et au moins deux partenaires doivent être originaires des États Membres de l'UE ou de Pays Associés. Au stade de la proposition complète, le nombre maximum de partenaires pourra être porté à sept si et seulement si le partenaire additionnel provient d’un pays sous-représenté. Une liste des pays sous-représentés sera fournie aux coordinateurs invités à soumettre des propositions complètes. Les groupes de recherche non éligibles à un financement peuvent participer à des projets transnationaux s'ils sont en mesure d'obtenir leur propre financement. Ils sont considérés comme des partenaires à part entière et doivent être intégrés dans les demandes de pré-proposition et de proposition complète en tant que tels. Un seul partenaire sur fonds propres est autorisé à participer au consortium. Le coordinateur du projet doit être éligible pour être financé par son agence de financement régionale/nationale participant à l’appel à projets. Il est obligatoire d'intégrer comme porteur (principal investigator) au moins un chercheur en début de carrière dans un consortium. Exception : Afin de faciliter l'intégration des organisations de patients dans les consortiums, elles peuvent être ajoutées à un consortium en tant que partenaires supplémentaires au stade de la pré-proposition ou au stade de la proposition complète, augmentant ainsi le nombre maximum de partenaires du consortium. Ces dernières peuvent être ajoutées en tant que partenaires supplémentaires soit par le biais de leur propre financement, soit en sollicitant un financement, si elles sont éligibles, auprès de leurs agences de financement. En revanche, si elles sont éligibles, il ne peut pas y avoir plus de deux partenaires d’un même pays demandant un financement. Pas plus de deux partenaires du consortium par pays peuvent demander un financement, y compris les organisations de patients. Une exception est possible dans les pays comptant plus d'une agence de financement : dans ces pays, trois partenaires d'un même pays peuvent solliciter un financement, si l'un d'eux est une organisation de patients et au moins un des partenaires sollicite une agence de financement régionale. Le financement sera attribué pour une durée de trois ans maximum. L'ANR financera exclusivement les partenaires français des projets sélectionnés....