ANR

L'Agence nationale de la recherche (ANR) est un établissement public à caractère administratif, placé sous la tutelle du ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation. L'Agence met en œuvre le financement de la recherche sur projets, pour les opérateurs publics en coopération entre eux ou avec des entreprises. 

L’ANR a été créée en 2005 pour promouvoir la recherche française sur projets, et pour stimuler l’innovation en favorisant l’émergence de projets collaboratifs pluridisciplinaires et en encourageant les collaborations « publics-privés ». Il s’agit également de renforcer le positionnement de la recherche française au niveau européen et mondial. Les missions de l’Agence, définies dans le décret du 1er août 2006 révisé le 24 mars 2014, sont :

  • Financer et promouvoir le développement des recherches fondamentales et finalisées, l’innovation technique et le transfert de technologies ainsi que le partenariat entre le secteur public et le secteur privé
  • Mettre en œuvre la programmation arrêtée par le ministre chargé de la Recherche qui recueille l’avis des ministres exerçant la tutelle d’organismes de recherche ou d’établissements publics d’enseignement supérieur
  • Gérer de grands programmes d’investissement de l’État dans le champ de l’enseignement supérieur et de la recherche, et suivre leur mise en œuvre
  • Renforcer les coopérations scientifiques aux plans européen et international, en articulant sa programmation avec les initiatives européennes et internationales
  • Analyser l’évolution de l’offre de recherche et mesurer l’impact des financements alloués par l’Agence sur la production scientifique nationale

L’action de l’ANR vise ainsi à soutenir l’excellence de la recherche française à des degrés de maturité technologique variés, à soutenir la recherche fondamentale, à encourager les partenariats scientifiques académiques et « publics-privés », et à favoriser les coopérations européennes et internationales. Pour cela, elle propose des appels à projets compétitifs et met en œuvre des processus de sélection rigoureux basés sur l’évaluation par les pairs, qui respectent les principes internationaux en la matière : impartialité, équité de traitement, confidentialité, déontologie, intégrité scientifique, et transparence.  















Trier par :
ANR
Appel à projets : « Montage de Réseaux Scientifiques Européens ou Internationaux (MRSEI) », Edition 2021
Cet instrument a pour but d’améliorer le taux de réussite de la France aux appels européens (« Horizon Europe ») et internationaux et à renforcer son positionnement scientifique par la coordination de projets ambitieux au niveau européen (Horizon Europe, principalement) et/ou international. Sont attendues dans le cadre de cet appel, des propositions ayant pour objet de constituer un réseau scientifique, couvrant des sujets de toutes les disciplines. Ces demandes doivent répondre à des programmes européens ou internationaux de grande ampleur, ayant un impact majeur au niveau scientifique, technologique et/ou sociétal. Les projets sélectionnés recevront une aide maximale de 30 k€ pour une durée maximale de 24 mois (sans prolongation possible). L’aide reçue financera exclusivement les actions permettant de définir des intérêts scientifiques et économiques pour le montage d’un projet européen ou international. L'ANR a pris des dispositions permettant une grande rapidité dans la prise de décision et la mise en place des financements : un dossier de soumission simplifié ;un bénéficiaire unique de l'aide pour le compte du consortium complet : l’organisme de recherche français ;une sélection par les pairs réalisée en une seule phaseune procédure de décision de financement unilatérale Axes et thèmes de recherche : Tous domaines scientifiques, tous thèmes mono- ou pluridisciplinaires. Type de recherche : Fondamentale ou finalisée...
Date de clôture :
22 oct. 2021
ANR
M-era.Net – Science et ingénierie des matériaux pour l’innovation en Europe
Stimuler la recherche et l’innovation sur les matériaux pour les technologies d’énergie à faible émission de carbone, notamment dans les batteries et le stockage d’énergie Actif depuis 2012, le consortium M-era.Net a fédéré un vaste réseau dans le domaine des matériaux, permettant la collaboration entre les principaux partenaires de recherche académique et industrielle de pays et de régions européens et non européens. Les projets soutenus ont favorisé la production de connaissances allant de la recherche fondamentale jusqu’aux applications industrielles innovantes. Au cours des dernières années, des efforts importants ont été déployés pour renforcer notamment l’introduction de nouveaux matériaux et l’intégration des produits et des procédés nécessaires. L’appel M-era.Net Call 2021 visera plus particulièrement à répondre aux défis sociétaux et aux besoins technologiques avec une approche interdisciplinaire. En effet, les matériaux avancés ont été classés comme technologies clés génériques (KET) pouvant contribuer au développement de technologies visées par le plan SET (Strategic Energy Technology), et à l’amélioration de l'efficacité énergétique et de l’usage des ressources. En particuliers, le développement de solutions innovantes pour les batteries est un sujet majeur de cet AAP, transversal aux différentes thématiques. De plus, cet appel souligne l'engagement de l'Union européenne (UE) en matière d'économie circulaire et d'objectifs de développement durable, en lien avec l’adoption par la Commission européenne d’un nouveau volet sur l'économie circulaire, afin d’aider les entreprises et les consommateurs européens. Un appel à projets structuré autour de cinq thèmes L’objectif de cet appel à projets est donc de contribuer à la promotion d’une communauté de recherche (académiques et industriels) au niveau européen et international. Les actions de recherche pourront concerner un large éventail de la chaîne de valeur dans le domaine des matériaux. L’appel comportera 6 thèmes : Modélisation pour l'ingénierie de matériaux et procédésSurfaces, revêtements et interfaces innovantesComposites hautes performancesMatériaux fonctionnelsNouvelles stratégies pour les technologies avancées basées sur les matériaux dans les applications de la santé (non éligible pour l’ANR)Matériaux pour la fabrication additive Une priorité transversale : la recherche pour les batteries du futur. La recherche sur les batteries est un objectif clé de l’appel 2021 de M-era.Net, et les enjeux de recherche et objectifs relatifs aux batteries apparaissent explicitement dans chaque description thématique (voir le texte de l’appel). Le texte de l’appel à projets, comprenant parmi d’autres informations la liste des pays et régions participant à l’appel à projets, est disponible sur le site de l’appel à projets M-era.Net Call 2021 (https://www.m-era.net/joint-call-2021). Les partenaires des projets sélectionnés seront financés directement par leurs organisations nationales/régionales (agences ou ministères) respectives. En conséquence, des règles d’éligibilité nationales/régionales s’appliquent en plus de celles spécifiques à l’appel. En particulier les partenaires français devront prendre connaissance du document « Modalités pour les participants français », accessible sur cette page. ...
Date de clôture :
17 nov. 2021
ANR
UN OCEAN DE SOLUTIONS – Appel à projets
Pour cela, l’État a décidé de mobiliser 40 millions d’euros au sein de l’action « Programmes prioritaires de recherche » (PPR) du Programme 421 des investissements d’avenir, « Soutien des progrès de l’enseignement supérieur et de la recherche ». Ce PPR dont le pilotage scientifique est confié au CNRS et à l'Ifremer, vise à financer des projets de recherche interdisciplinaires, voire transdisciplinaires, ambitieux et structurants et en phase avec les priorités de la décennie des Nations Unies pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030), sur lesquelles la France pourra apporter une contribution d’envergure. L’Agence nationale de la recherche (ANR) a la responsabilité de la sélection, du conventionnement et du suivi des projets qui seront proposés au financement. Pour atteindre ces objectifs, cet appel à projets doté de 28 millions d’euros, s’adressant aux communautés scientifiques, est lancé autour de 7 grands défis ouverts à l'ensemble des disciplines de recherche qui s'emparent de questions scientifiques, intégrant les enjeux d'économie bleue, de géostratégie, de gestion intégrée des socio-écosystèmes, du bien être des êtres vivants et des sociétés, d'équité sociale, d'engagement des parties prenantes et de l'ensemble de la société. Des projets de grande ampleur associant des laboratoires de recherche de disciplines différentes sont attendus. L’implication de communautés interdisciplinaires larges, à l’interface des sciences humaines et sociales, des sciences du vivant, des sciences de l’environnement, des sciences de l’univers et des sciences de l’ingénieur, ainsi que l'implication de la société, seront des critères essentiels. Cette implication sera évaluée dans les dossiers au regard notamment des engagements signés (lettre d’engagements, document administratif et financier). Le budget des projets soumis ne devra pas être inférieur à 1.5 M€, hormis pour le défi 7 dont le montant minimum est fixé à 750 000€. Le montant maximal demandé sera de 2.5 M€. La durée des projets devra être comprise entre 4 et 6 ans. Un second appel à projets sera lancé en 2023 sur des défis et enjeux prioritaires qui n'auraient pas été financés lors de ce premier appel....
Date de clôture :
18 nov. 2021
ANR
Autonomie : vieillissement et situation de handicap (AVH) – Appel à projets – 2021-2026
L’ambition de ce programme est de contribuer au renforcement des structures de recherche sur tous les domaines liés à l’autonomie en privilégiant quelques défis principaux pour l’action. La priorité est de mobiliser les ressources du PPR pour renforcer les équipes et les infrastructures pour la recherche dans ces domaines. Si des données nouvelles sont nécessaires pour prendre en compte l’hétérogénéité des populations, tant en termes d’âges, de générations, d’états de santé, d’environnements ou encore de ressources, il est également important d’avoir une stratégie globale pour mobiliser le grand nombre de données déjà disponibles et de sources variées (données quantitatives et qualitatives, données de cohortes, données administratives) et en améliorer l’exploitation. Quatre défis scientifiques ont été identifiés. Cet appel à projet porte sur les deux premiers défis suivants : Défi 1 : Définir la notion d’autonomie et les modalités de sa compréhension et de sa mesure Les projets proposés devront explorer la richesse des significations de la notion d’autonomie, au-delà de sa seule définition administrative, autrement dit la diversité de ses usages par les personnes concernées, qu’il s’agisse des bénéficiaires des politiques en matière d’autonomie, de leurs aidants et proches, des professionnels en charge de la mise en œuvre de ces politiques, des décideurs publics qui choisissent de les financer ou de la société dans son ensemble. Deux méthodes seront privilégiées pour procéder à une déconstruction/reconstruction de cette notion, chacune d’entre elles supposant des coopérations interdisciplinaires : Axe 1 : Analyse historique, généalogique de la notion, des controverses et des critiques auxquelles elle a donné lieu, de ses définitions juridiques ou réglementaires dans différents domaines, en prêtant une attention particulière aux moments historiques de ses redéfinitions ou de ses retournements normatifs. Axe 2 : Analyse empirique de ses usages administratifs et de ses appropriations individuelles et collectives dans le champ des politiques de l’autonomie au sens strict, en portant une attention particulière à la question de la mesure de l’autonomie individuelle. Défi 2: Conception des politiques publiques en matière d’autonomie Les projets proposés devront permettre de penser autrement l’objet « politiques de l’autonomie » en interrogeant les catégories de l’action publique qui structurent les textes législatifs et réglementaires, les institutions publiques et les pratiques professionnelles. Deux méthodes seront privilégiées dans les projets, chacune d’entre elles supposant des coopérations interdisciplinaires : Axe 1 : Analyse généalogique et comparative des différents « modèles d’action publique » en matière d’aide à l’autonomie, à différentes échelles de comparaison des territoires politiques (entre différents pays, entre collectivités territoriales ou Etats fédérés d’un même pays ou de pays différents, etc.). Axe 2 : Etudier finement et comparer les arrangements territoriaux mis en œuvre en direction des personnes repérées comme en besoin d’aide à l’autonomie, i.e. les modalités très concrètes de mise en œuvre des politiques dans les « territoires », là où s’articulent plus ou moins bien l’offre de services divers, d’un côté, et de l’autre, les personnes auxquelles ces services sont destinés. La durée maximale des projets est de 3 ans pour les projets relevant du défi 1, et de 5 ans pour les projets relevant du défi 2. L’aide demandée pour les projets répondant au défi 1 doit être comprise entre 350 à 500 k€ et entre 1 à 1,5 M€ pour les projets du défis 2. L’aide demandée pour les projets se positionnant sur les défis 1 et 2 doit être comprise entre 1,35 M€ et 2 M€. Cet appel est doté d’une enveloppe de 7 M€....
Date de clôture :
15 nov. 2021
ANR
Appel à projets générique - AAPG 2022
Publication : 20/07/2021Ouverture du dépôt des pré-propositions : 30/09/2021 à 13h00 CET Clôture de la soumission des pré-propositions : 28/10/2021 à 17h00 CET Ouverture du dépôt des propositions détaillées : prévue mi-février 2022Clôture de la soumission propositions détaillées : prévue fin mars 2022 Les instruments de financement L’Appel à projets générique 2022 mobilise cinq instruments de financement ayant chacun leurs spécificités en termes de modalités de soumission et d’évaluation. Ils permettent de financer soit des projets de recherche individuelle portés par des jeunes chercheurs ou des jeunes chercheuses (JCJC), soit des projets de recherche ambitieux et innovants portés par une équipe ou un laboratoire dans le cadre de réintroduction de l’instrument « Projet de recherche mono-équipe » (PRME), soit des projets de recherche collaborative entre entités publiques dans un contexte national (PRC) ou international bilatéral (PRCI) et entre entités publiques et privées pouvant présenter une ouverture vers le monde de l'entreprise (PRCE). Les axes de recherche L’AAPG 2022 est structuré en 56 axes de recherche, correspondant chacun à un comité d’évaluation scientifique (CES). Les chercheurs et chercheuses, au moment de soumettre un projet, choisissent l’axe scientifique, et en conséquence le comité d’évaluation scientifique, le plus en lien avec les objectifs scientifiques de leur projet. Ce choix ne peut être modifié au cours du processus de sélection. 37 axes de recherche sont présentés au sein de 7 domaines disciplinaires : sciences de l’environnement, sciences des énergie et matériaux, sciences du numérique, sciences de la vie, sciences humaines et sociales, mathématiques et leurs interactions, et physique de la matière, hautes énergies, planète-univers.19 axes de recherche correspondent à des enjeux transversaux (trans- ou interdisciplinaires) situés à la croisée de plusieurs secteurs scientifiques. Calendrier Prévisionnel AAPG 2022 Etape I    Juillet 2021       Publication du Plan d’action 2022 et de l’AAPG 2022Début septembre 2021    Publication du Guide de l’AAPG 202230 septembre 2021 Ouverture du site de dépôt Etape I pour les projets JCJC, PRME PRC, PRCE et enregistrement des projets PRCI28 octobre 2021 Clôture du site de dépôt et d’enregistrement Etape IMi-février 2022 Notification des résultats de la première étapeFin février 2022 Ouverture du site de dépôt Etape 2 Etape II (prévisionnel) Fin février 2022 Ouverture du site de dépôt Etape 2 pour les projets JCJC, PRME, PRC, PRCE et PRCIFin mars 2022 Clôture du site de dépôt Etape 2Fin mai 2022 Droit de réponse aux expertisesJuillet 2022 Notification des premiers résultats des projets JCJC, PRME PRC et PRCEJuillet/Septembre 2022 Contractualisation des projets sélectionnés L’enregistrement des projets PRCI L’enregistrement des projets PRCI « Projet de recherche collaborative – international » pour lesquels l'ANR est Lead agency et hors Lead Agency doit nécessairement être effectué en phase 1 de l’AAPG 2022. Tous les projets PRCI enregistrés auprès de l’ANR en phase 1 sont qualifiés pour la phase 2 à condition d’éligibilité du projet enregistré. Cette mesure vise à assurer une gestion efficiente du dépôt et de la sélection des projets PRCI dans le cadre de l’AAPG 2022. Qui peut déposer ? L’AAPG 2022 est ouvert à tous les chercheurs et à toutes les chercheuses titulaires appartenant à un organisme, un établissement ou un laboratoire de recherche public ou privé éligible au financement de l’ANR. Un proposant ne peut être impliqué dans plus de 3 projets soumis à l’ANR dans le cadre de l’AAPG et des appels à projets bilatéraux du Plan d’action 2022, soit au maximum une coordination et deux responsabilités scientifiques, ou trois responsabilités scientifiques. Le coordinateur d’un projet PRC, PRCE, PRCI ou JCJC sélectionné et financé à l’AAPG 2021 ne peut déposer en tant que coordinateur d’un projet PRC, PRCE, PRCI, PRME ou JCJC à l’AAPG 2022. Il peut néanmoins être responsable scientifique d’un partenaire. De plus, le coordinateur d’un projet JCJC ne peut déposer en tant que coordinateur d’un autre projet PRC, PRCE, PRCI, PRME ou JCJC pendant la durée de son projet JCJC. Les critères d’évaluation L’évaluation des pré-prépositions et propositions détaillées soumises à l’AAPG est réalisée sur la base de critères utilisés à la fois par les membres de comités et par les experts externes. En phase 1, 2 critères principaux guident l’évaluation : la qualité et l’ambition scientifique du projet (critère discriminant) et l’organisation et la réalisation du projet, incluant plusieurs sous-critères.En phase 2, 3 critères principaux guident l’évaluation : la qualité et l’ambition scientifique du projet, l’organisation et la réalisation du projet, et enfin l’impact et les retombées du projet, incluant plusieurs sous-critères différenciés selon l’instrument de financement choisi. Consultez les critères et modalités d’évaluation dans le texte de l’AAPG 2022...
Date de clôture :
28 oct. 2021
ANR
Appel à projets internationaux "Photochimie Solaire – Solar-Driven Chemistry 2"
Les propositions devront être centrées sur les processus (réactions) photochimiques et sur la résolution de problèmes fondamentaux. Des exemples typiques (non exclusifs) incluent des travaux préparatoires, physico-chimiques, analytiques et théoriques (toujours en lien avec le sujet global de l'appel) sur les sujets suivants : Recherche sur des matériaux photo-absorbants et photo-émissifs englobant les matériaux à séparation de charges, les catalyseurs, les membranes, les électrodes. Développement de matériaux performants, stables et durables (via des calculs à haut débit, une approche « materials by design », des méthodes de caractérisation et de mesures in situ et in operando) à condition qu'ils soient utilisés pour la conversion photochimique de petites molécules. Étude des mécanismes fondamentaux en catalyse (bio-inspirée, enzymatique, moléculaire ou inorganique) : compréhension et étude comparative des catalyseurs en terme de leur photoefficacité, stabilité, tolérance vis-à-vis de certains poisons tels que O2. Etude des mécanismes de collecte de la lumière si elle est centrée sur la conversion photochimique de petites molécules. Photo-électrochimie/photo-catalyse hétérogène (y compris les systèmes moléculaires confinés de surface)Rupture photo(électro)catalytique de l'eauRéduction photochimique ou photo-électrochimique du CO2 (y compris captage et conversion combinés du CO2 par exemple). Développement de systèmes photo-actifs si en lien avec le sujet général de l'appel. Ingénierie de réactions, de photoréacteurs et autres approches multi-échelles et multi-physiques.Modélisation moléculaire de systèmes capables de conversion directe, par exemple pour des études mécanistiques.Conversion photocatalytique de substrats organiques utilisant O2, H2O et CO2 en absence de donneurs et accepteurs sacrificiels d’électron. Les sujets suivants sont exclus de l'appel : Conversion par des organismes vivants. Conversion de la biomasse. Génie génétique de plantes. Amélioration ou montée en échelle de technologies connues : procédé Fischer-Tropsch, technologies du méthanol, de l'hydrogène ou des gaz de synthèse, électrolyse de l'eau, etc. sauf en cas de développement de catalyseurs entièrement nouveaux. Optimisation de systèmes (photo)catalytiques établis. Processus thermiques basés sur l'énergie solaire (par exemple : technologies de centrale solaire thermique à concentration, etc.) Concentration et stockage du CO2 Réactions photocatalytiques standard (par exemple : réactions catalytiques utilisant les rayonnements UV. Conditions (extraits. Voir texte complet de l’appel pour les conditions détaillées) : Les consortiums doivent inclure deux (2) à quatre (4) partenaires éligibles de deux (2) à quatre (4) pays différents participants à l’appel. Chaque partenaire n’est autorisé à participer qu’à un seul projet de cet appel. Les projets et consortiums ayant reçu un financement du précédent appel « Solar-Driven Chemistry 2019/2020 » ne sont pas autorisés à participer à cet appel. Les projets non retenus lors du précédent appel peuvent donner lieu à une nouvelle soumission, mais ne peuvent être resoumis tels quels. Les projets seront financés pour 24 ou 36 mois L’ANR offre la possibilité de déposer des propositions bilatérales avec l’Allemagne et la Suisse dans le cadre de l’appel à projets générique. Ainsi, les projets purement bilatéraux avec ces deux pays ne sont pas éligibles à un financement dans le cadre de l’appel “Solar-Driven Chemistry 2”. Les propositions bilatérales Finlande-France, Pologne-France, Turquie-France et toute autre proposition trilatérale ou quadrilatérale sont autorisées. Modalités de dépot : Une procédure en deux étapes sera mise en place pour les pré-propositions et les propositions détaillées. La DFG agit comme secrétariat de l'appel ; toutes les pré-propositions et propositions détaillées doivent être déposées sur le site de dépôt "elan" de la DFG (voir ci-dessous). Il est nécessaire de s’enregistrer sur le système « elan » (date limite : 25/10/2021 23h59 CET) avant de déposer une pré-proposition. La confirmation d’enregistrement prend environ 3 jours ouvrés. Les partenaires sollicitant une aide de l’ANR invités en deuxième étape devront également déposer leur proposition détaillée sur le site de dépôt de l’ANR. Il est essentiel de lire attentivement les informations fournies sur cette page, ainsi que de consulter le texte de l’appel et les annexes, en particulier l’annexe pour les participants ANR pour connaître les règles d’éligibilité. Durant tout le processus, le secrétariat de l’appel (DFG) est le point de contact pour tout candidat. ...
Date de clôture :
2 mai 2022
ANR
7ème édition de l’appel Open Research Area (ORA) pour les sciences sociales
L’objectif est de renforcer la coopération internationale dans le champ des sciences sociales, en finançant des projets de haute qualité scientifique. Ce programme est destiné à permettre le financement de projets de recherche intégrés entre des partenaires d’au moins trois des quatre pays participants. Dans le cadre de cet appel, ouvert à toutes les thématiques et à l’ensemble des sciences sociales, la couverture disciplinaire est susceptible de varier en fonction des agences impliquées. Des projets peuvent être déposés dans l’ensemble du champ des sciences sociales, tel qu’il est défini par chaque agence. Dans le doute, il est vivement conseillé aux chercheurs intéressés de se renseigner auprès de leur agence nationale pour vérifier l’éligibilité de leur projet. Dans le cadre de cette édition, à nouveau, une opportunité de co-financement avec le Japon est offerte aux chercheurs et chercheuses intéressé(e)s : la Japanese Society for the promotion of Science (JSPS) a mis en place un appel à projets particulier afin de financer des recherches associées à des projets ORA. Pour plus d’informations, veuillez consulter le site de JSPS. ORA 7 aura un nouveau format cette fois-ci : l’appel sera organisé en une seule étape. Les propositions détaillées devront être déposées le 17 novembre 2021 au plus tard. Les financements seront alloués par les différentes agences nationales, selon l’affiliation des chercheurs et selon les règles propres à chaque agence. Comment déposer un projet ? L’ANR est le secrétariat de l’appel pour cette édition. Toutes les propositions pour cet appel doivent donc être déposées via le site de soumission de l’ANR, SIM. Un guide de soumission est disponible, ORA 7 SIM Guidance for applicants, sur cette page. Webinaire pour les déposants Un webinaire ouvert à tous les déposants potentiels sera organisé le 22 septembre 2021. Il est vivement conseillé d’y assister. A cette occasion, les agences de financement fourniront toutes les informations utiles en vue du dépôt des projets et répondront aux questions. Afin de permettre aux chercheurs des différents fuseaux horaires de participer, deux webinaires identiques d’une heure auront lieu aux horaires suivants : 13:00 CET (7:00 ET) et 20:00 CET (14:00 ET). Webinaire 1 – mercredi 22 septembre 2021, 13h-14h heure de Paris Lien de connexion - Mot de passe : SSHRC2021 Webinaire 2 – mercredi 22 septembre 2021 20h-21h heure de Paris Lien de connexion - Mot de passe : SSHRC2021 Téléchargez la présentation faite lors du webinaire Erratum (09/08/2021) : SIM Guidance (pages 1 et 21) et Call Specification (page 6 et 12). L'adresse e-mail du support technique a été changée et est désormais ORA7.si@agencerecherche.fr. ...
Date de clôture :
17 nov. 2021
ANR
Approche « One Health » des zoonoses : Recherche et Innovation - appel à projets ERA-NET ICRAD 2022
La majorité des maladies infectieuses émergentes ont leur source chez les animaux, et l'émergence se produit à l'interface animal/humain - les infections chez les animaux franchissent la barrière des espèces pour infecter les humains ou vice-versa. Prévenir l'émergence de zoonoses à la source en comprenant et en atténuant les facteurs, ou déterminants, qui influencent la primo-infection et la transmission est un objectif important dans le cadre de cet appel. En particulier, cet appel s’articulera autour de 2 axes : Axe 1 : Amélioration de la compréhension de l’interface animal-humain-environnement Axe 2 : Détection et Prévention L’appel à projets couvrira les infections virales, bactériennes, parasitaires, à prions et fongiques. Un accent important sera mis sur le rôle de la faune et d'autres vecteurs (y compris les arthropodes) dans la (ré)émergence et la transmission d'agents pathogènes zoonotiques au bétail. Les consortiums doivent comporter de 3 à 8 partenaires, appartenant à au moins trois pays différents impliqués dans l’appel à projets. Deux partenaires maximum par pays seront acceptés. En fonction des règles des différentes agences participantes, les partenaires peuvent venir du monde de la recherche académique, comme du milieu privé, industriel ou associatif. Une description détaillée des critères d’éligibilité est disponible sur le site de l’ERA-NET ICRAD. Le financement sera attribué pour une durée de trois ans maximum. L'ANR financera les partenaires français des projets sélectionnés....
Date de clôture :
30 juin 2022
ANR
PROGRAMMES ET EQUIPEMENTS PRIORITAIRES DE RECHERCHE EXPLORATOIRES – Appel à programmes – Vague 2 - 2021
Lorsque cette transformation en est à ses débuts, voire à ses prémices, l’Etat peut décider d’accompagner et de soutenir l’exploration de son potentiel. Le PEPR exploratoire lancé dans ce cadre doit alors permettre la conduite d’une politique scientifique en recherche amont sur des domaines exploratoires d’intérêts national et européen ; en fonction de ses résultats et de l’avancée concrète de la transformation, la stratégie pourra être complétée par d’autres actions. Les PEPR exploratoires visent des secteurs en émergence avec des travaux de recherche dont les domaines d’application peuvent, pour certains, relever encore d’hypothèses de travail. Il s’agit d’explorer des champs scientifiques dont les retombées espérées peuvent être multiples. A travers le lancement de ces PEPR, l’Etat souhaite structurer le plus largement possible les communautés scientifiques susceptibles de participer à ces programmes au meilleur niveau tout en renforçant la capacité de pilotage scientifique national dans les secteurs concernés. C’est pourquoi, pour chaque PEPR, l’Etat désignera un ou plusieurs pilote(s) scientifique(s) de ce programme. Sauf à titre dérogatoire, le pilotage sera assuré par un ou plusieurs organisme(s) national(ux) de recherche. Pour certaines thématiques spécifiques et quand cela sera justifié par l’analyse des forces dans le domaine, un établissement d’enseignement supérieur pourra être co-pilote avec un/des organisme(s) national(aux) de recherche, voire, à titre exceptionnel, être pilote. L’instauration d’un dialogue fluide entre les organismes nationaux de recherche et les établissements d’enseignement supérieur sera une des priorités de cet appel. Ce ou ces pilotes devront démontrer leur capacité à assumer un rôle national vis-à-vis de l’ensemble de la communauté scientifique L’objet de cet appel à programmes est donc simultanément :     d’identifier et de sélectionner des Programmes et équipements prioritaires de recherche exploratoires susceptibles de faire émerger des stratégies nationales et de s’y intégrer ultérieurement ;     de choisir le ou les (co-)pilotes scientifiques qui les auront proposés ;     de valider la gouvernance et le document de cadrage scientifique du programme qu’ils auront soumis. Cet appel à programmes est ouvert : toutes les thématiques scientifiques peuvent faire l’objet d’un dépôt à condition que le dossier mette en évidence l’impact potentiel et à long terme des travaux de recherche soutenus par le programme sur l’économie, la santé, l’environnement, la société, etc. Toutefois, l’Etat a défini des champs stratégiques prioritaires, mentionnés dans cet appel, sur lesquels il souhaite que des dossiers soient déposés. Il est prévu de lancer une vingtaine de PEPR exploratoires dans les trois premières années du PIA4. Le soutien moyen apporté à chacun de ces PEPR au titre des investissements d’avenir sera de l’ordre de 50 M€ (entre 20 M€ et 120 M€) ; le montant dépendra du secteur et de l’impact potentiel des résultats du PEPR. Comme détaillé dans le communiqué de presse du 24 septembre 2021, pour cette deuxième vague : Pour les projets de programme déposés pour la première fois ou pour ceux dont la lettre d’intention n’avait pas été retenue lors de la première vague : les établissements souhaitant proposer une thématique pour un PEPR exploratoire et/ou envisageant d’en être (co-)pilotes sont invités à soumettre à l’ANR une lettre d’intention type (de 2 à 4 pages) avant le 4/11/2021 ; l’ANR transmettra le 10/11/2021 aux établissements ayant soumis une lettre d’intention la liste des établissements ayant fait de même ainsi que celle des programmes proposés, les invitant, lorsque cela est pertinent, à se rapprocher en vue d’un dépôt conjoint ; avant le 25/11/2021, les établissements ayant déposé une lettre d’intention préciseront à l’ANR leur position dans les projets de PEPR concernés : (co)-pilote ; participation à une éventuelle instance de pilotage ; participant potentiel au programme ; l’Etat portera une attention particulière aux thématiques proposées par des établissements d’enseignement supérieur afin de s’assurer de leur bonne prise en compte dans ce processus ; le comité exécutif (ComEx) du Conseil interministériel de l’innovation (C2I) déterminera et communiquera le 16/12/2021 la liste des thématiques des PEPR exploratoires qui répondent aux objectifs du PIA pour lesquels un dossier pourra être déposé et désignera, pour chacun d’eux, le ou les (co-)pilotes ainsi que les autres membres éventuels d’une instance de pilotage ; ce ou ces (co-)pilotes rédigera(ont) et déposera(ont) le dossier sur le site de l’ANR avant le 28/02/2022. Pour les dossiers dont les lettres d’intention ont fait, lors de la première vague, l’objet de recommandations par le ComEx pour une nouvelle soumission : le ou les (co-)pilotes rédigera(ont) et déposera(ont) le dossier sur le site de l’ANR avant le 28/02/2022 en mettant en avant la manière dont ils ont pris en compte les recommandations du ComEx. Pour les dossiers déposés le 30 juillet 2021 et qui n’ont pas été auditionnés par le jury lors de la première vague : le ou les (co-) pilotes re-déposera(ont) leur dossier sur le site de l'ANR avant le 16/12/2021 ou avant le 28/02/2022 en mettant en avant la manière dont ils ont pris en compte les recommandations du jury. Pour les dossiers auditionnés par le jury mais non retenus : le ou les (co-)pilotes rédigera(ont) et déposera(ont), sur le site de l’ANR et avant le 16/12/2021 ou le 28/02/2022, un dossier complémentaire ou un dossier complet modifié. Dans les deux cas, ils devront mettre en avant la manière dont ils ont pris en compte les recommandations du jury. Ils seront à nouveau entendus par celui-ci. ...
Date de clôture :
28 févr. 2022
ANR
Appel à projets transnational sur "Soutenir la protection de la biodiversité et des écosystèmes dans les zones terrestres à maritimes" - Biodiversa+ 2021-2022
Cet AAP, cofinancé par la Commission Européenne*, réunit 45 organismes de financement provenant de 34 pays : Autriche, Belgique, Brésil, Bulgarie, République Tchèque, Danemark, Estonie, Finlande, France, Allemagne, Grèce, Hongrie, Islande, Irlande, Israël, Italie, Latvia, Lituanie, Moldavie, Maroc, Norvège, Pologne, Portugal (incl. Açores), Roumanie, Slovaquie, Slovénie, Afrique du Sud, Espagne, Suède, Suisse, Taïwan, Pays-Bas, Tunisie et Turquie. Veuillez noter que le cofinancement par la Commission Européenne (et possiblement par d’autres organismes de financement) dépend de la signature d’un “Grant Agreement” avec la Commission Européenne. Cet appel est une opportunité pour contribuer à faire progresser la connaissance et à concevoir une gestion de la biodiversité plus efficace en renforçant les fondements scientifiques en matière de biodiversité et de protection des écosystèmes. Il vise à soutenir des projets de recherche transnationaux (durée de 3 ans) axés sur les mesures concernant les aires protégées (y compris les aires protégées désignées au niveau national), les mesures de conservation intégrées par zone conciliant conservation et utilisation durable de la biodiversité et des services écosystémiques (y compris dans les paysages terrestres et marins utilisés pour produire de la nourriture et des fibres), ainsi que des mesures contribuant à protéger efficacement les espèces dans la nature. Il couvre tous les environnements, c'est-à-dire terrestres, d'eau douce et marins. Il couvre également la recherche sur la conservation de la biodiversité dans les régions ultrapériphériques (RUP) et les pays et territoires d'outre-mer (PTOM) de l'UE. Il repose sur trois thèmes non-exclusifs : THEME 1 – Connaissance pour identifier les zones de conservations prioritaires, établir des réseaux écologiques efficaces et résilients, améliorer la protection des espèces et préserver la diversité génétique. THEME 2 – Avantages et coûts multiples de la biodiversité et de la protection des écosystèmes : synergies et compromis THEME 3 – Une gestion efficace et une gouvernance équitable pour obtenir des résultats de conservation audacieux Les projets traitant de différents aspects issus de plusieurs thèmes sont encouragés. Cet appel est focalisé sur la protection de la biodiversité dans la nature. Cela n’implique pas, par exemple, les efforts effectués pour la restauration d’habitats et d’espèces ou de conservation ex-situ. Seuls les projets transnationaux seront financés : chaque consortium devra inclure des équipes provenant d’au moins trois pays différents participant à l'appel (incluant au minimum deux États membres ou pays associés de l’Union européenne). Le budget global indicatif de l’appel est de plus de 40 millions d’euros. L'ANR contribuera à l’AAP avec un montant maximum de 2 millions d’euros. L’évaluation et la sélection des projets se dérouleront de façon intégrée avec les autres pays dans le cadre d'un processus d'évaluation par les pairs, basé sur des critères d’excellence scientifique mais aussi de pertinence politique et/ou sociétale et d’intégration des parties prenantes. Bien que les candidatures soient soumises conjointement par les partenaires de recherche de plusieurs pays, chaque partenaire sera financé par l’organisme de financement de son pays ou de sa région. Les candidats français sont donc soumis aux règles d’éligibilité de l’ANR. Nous vous invitons donc à lire également avec attention les « Modalités de participation pour les partenaires sollicitant une aide de l’ANR » et le règlement financier de l’ANR. Les pré-propositions et propositions complètes – rédigées en anglais – doivent être déposées électroniquement sur la plateforme de dépôt, l’EPSS (« Electronical Proposal Submission System »). Vous trouverez des instructions pour le dépôt électronique sur le site de Biodiversa+....
Date de clôture :
14 avr. 2022
Résultats par page :