ADEME

L’ADEME EN BREF 


À l’ADEME - l’Agence de la transition écologique -, nous sommes résolument engagés dans la lutte contre le réchauffement climatique et la dégradation des ressources.
Sur tous les fronts, nous mobilisons les citoyens, les acteurs économiques et les territoires, leur donnons les moyens de progresser vers une société économe en ressources, plus sobre en carbone, plus juste et harmonieuse.
Dans tous les domaines - énergie, économie circulaire, alimentation, mobilité, qualité de l’air, adaptation au changement climatique, sols… - nous conseillons, facilitons et aidons au financement de nombreux projets, de la recherche jusqu’au partage des solutions.
À tous les niveaux, nous mettons nos capacités d’expertise et de prospective au service des politiques publiques.
 
L’ADEME est un établissement public sous la tutelle du ministère de la Transition écologique et du ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

 La recherche et l’innovation au cœur des missions de l’ADEME  L’activité de soutien à la RDI de l’ADEME s’inscrit dans les objectifs des politiques publiques en faveur de l’énergie et de l’environnement et notamment ceux de la transition énergétique et écologique (TEE), l’ADEME participe à la mise en œuvre les stratégies nationales de recherche (SNR et SNRE) dans ses domaines de compétences en accompagnant la recherche, le développement et l’innovation en faveur de la transition énergétique et écologique et de la lutte contre le changement climatique. L’ADEME aide ainsi des projets de RDI en matière de gestion des déchets, de préservation des sols, d’efficacité énergétique et d’énergies renouvelables et de qualité de l’air.  Depuis l’encadrement des thèses jusqu’à l’export des innovations de PME françaises à l’international, l’ADEME accompagne les projets de RDI dans le cadre de 4 familles d’outils : 
  • Le financement d’une cinquantaine de thèses par an dans l’objectif de défricher des sujets précurseurs, la majorité de ces thèses sont cofinancées par des entreprises ou collectivités ou des organismes publics, 
  • Son programme de recherche et développement au travers d’appels à projets de recherche (APR) compétitifs qui vise majoritairement des projets collaboratifs impliquant au moins une entreprise, notamment quand les résultats attendus sont des solutions industrialisables avec une perspective de diffusion sur le marché. Ces projets portent sur des TRL 4 à 7, ou sur des recherches prénormatives. 
  • La participation aux guichets uniques éco-innovation de certaines Régions, qui ont pour objectif de soutenir des projets d’éco-innovation portés par des entreprises ou des groupements d’entreprises, 
  • Le Programme d’Investissements d’Avenir. 

 www.ademe.fr
@ademe












Filtrer par :
Trier par :
Résultats par page :
ADEME
Accompagner le transfert de technologies qui contribuent à la résilience énergétique de la France
Pour lutter contre le changement climatique, la France s’est engagée à réduire la consommation énergétique primaire des énergies fossiles de 30 % en 2030 par rapport à la référence 2012, puis à atteindre la neutralité carbone en 2050, ce qui implique une division par 6 des émissions de gaz à effet de serre sur son territoire par rapport à 1990. Les conflits actuels incitent également l’Europe et la France à retrouver les moyens d’une souveraineté énergétique. Dans ce contexte, Le Réseau SATT (Sociétés d'Accélération du Transfert de Technologies) et l’ADEME lancent un Appel à Manifestation d’Intérêt (AMI) avec pour objectif de détecter des solutions technologiques contribuant à la résilience énergétique, et d’accompagner jusqu’au transfert celles qui pourront être mises en œuvre avant 2030.Candidater sur le site du réseau SATT : https://www.satt.fr/ami-energie/ Quelles thématiques ? Les thématiques identifiées prioritairement pour cet appel à projets sont les suivantes : Le développement d’innovations ou d’améliorations de technologies visant à augmenter la résilience des systèmes énergétiques et le couplage des vecteurs énergétiques (gaz, électricité, chaleur) face aux aléas de fourniture.➔ À toutes les échelles : régional / national, ville / campagne, échelle quartier / îlot.➔ Exemples de couplage de vecteurs énergétiques : produire de l’hydrogène par électrolyse à partir d’électricité, produire du froid ou du chaud par des pompes à chaleur à partir d’électricité, produire de l‘électricité à partir de biogaz, ou d’hydrogène, ou par cogénération.Le développement et/ou l’optimisation des systèmes et procédés de production d'énergies renouvelables (exemple : hydrogène décarboné, éolien, photovoltaïque, biogaz) et dans une optique de réduction des coûts par rapport aux solutions actuelles.Le développement de technologies et de solutions permettant de contribuer à la sobriété énergétique. Quels projets ? L’AMI « Résilience Énergétique » vise à capter des innovations ayant passé le stade de Preuve de Concept laboratoire et accélérer leur transfert vers le monde économique au travers de la création de startups dédiées ou le développement de BU industrielles. Les résultats éligibles doivent être issus d’un ou plusieurs laboratoires appartenant aux universités et organismes de recherche relevant du périmètre d’une des SATT.L’innovation à la base du projet doit être intégrée à l’un des axes de recherche du laboratoire/plateforme du porteur.Le porteur doit présenter des résultats qu’il a obtenus (seul ou en collaboration) au titre de son activité de recherche au sein de l’établissement qui l’emploie.Il n’y a pas eu de communication scientifique (article, ouvrage, communication orale, soutenance de thèse publique, etc.) sur les résultats, ce qui serait contraire à leur valorisation.L’appel à projets est également ouvert aux résultats obtenus dans le cadre d’un partenariat de recherche avec des acteurs académiques ou privés éventuellement hors du périmètre des SATT. Dans ce cas, les résultats déjà obtenus et la propriété intellectuelle afférente doivent être exploitables industriellement.Le projet soumis doit s’appuyer sur des résultats expérimentaux et/ou des simulations ayant démontré de façon claire le concept scientifique (preuve de concept laboratoire pour l’application visée), correspondant à un TRL (Technology Readiness Level ou niveau de maturité technologique) de 3 au minimum. Sélection des projets Chaque SATT organisera son jury, et l’ADEME contribuera aux jurys. A minima, les critères suivants seront utilisés pour évaluer les projets :Les résultats initiaux présentés sont reproductibles.Le projet proposé vise une valorisation et un transfert vers le monde socio-économique ou la création d’une start-up.Le projet répond aux exigences de réduction des impacts climatiques, sanitaires, et environnementaux.Projets à visée applicative possible avant 2030.Volonté du porteur à voir la technologie issue de ces résultats être commercialisée.Expertise du/des porteurs de projet dans le domaine.Force de la propriété intellectuelle potentielle associée aux développements réalisés. Qu’apportent les SATT aux lauréats ?Un accompagnement pour construire le projet et un financement de prématuration voire de maturation de l’invention.Accompagnement humain.Financement. La durée moyenne de la maturation d’un projet se situe entre 6 et 24 mois. Qu’apporte l’ADEME aux lauréats ? L’ADEME aidera à identifier les guichets de financement les plus pertinents pour les projets qui ne relèveraient pas d’un accompagnement par les SATT. ...
ADEME
AQACIA 2022 - Préserver la qualité de l’air dans un monde en transition
Sous l’effet de la pandémie de la Covid-19, de la guerre en Ukraine ou encore de la crise climatique, nos sociétés sont contraintes d’évoluer pour s’adapter. Le présent Appel à projets de recherche (APR) a pour principal objectif de mieux appréhender les conséquences en termes de qualité de l’air de ces transitions, tant à l’intérieur d’espaces clos que dans l’environnement extérieur, pour identifier les opportunités d’amélioration à encourager, et pour trouver des parades aux possibles détériorations, en recherchant les synergies avec les autres enjeux (climatique, biodiversité, énergétique, démographique, inégalités sociales, confort thermique, acoustique…).Sont concernées les disciplines des sciences humaines (économie, sociologie, psychologie…), sciences physiques (métrologie, chimie, météorologie…), mathématiques (modélisation, statistiques), sciences de la vie (biologie, épidémiologie, écologie…) et sciences de l’ingénieur (conception, plan d’expériences, évaluation…).Les résultats escomptés devront répondre aux attentes sociétales en allant jusqu’au développement de connaissances, d’outils ou de recommandations utiles aux acteurs et/ou décideurs. Ainsi, les solutions devront autant que possible être élaborées et évaluées avec et pour les territoires, avec et pour les acteurs/décideurs. L’association des bénéficiaires finaux des résultats du projet à sa préparation, à son déroulé et/ou à son suivi, dans une optique de recherche collaborative, est ainsi fortement encouragée....
ADEME
Recherche pour la GEStion Intégrée des sites POLlués (GESIPOL)
Les enjeux techniques et scientifiques centraux de l'édition 2023 de l'appel à projets de recherche (APR) GESIPOL sont constitués :de l’amélioration des techniques de traitement des pollutions des sols et des eaux souterraines, ainsi que des méthodes et outils de dimensionnement, de pilotage et de suivi de ces traitements ;de l’amélioration des techniques de réhabilitation écologique des friches polluées ;de l’amélioration des conceptions des projets d’aménagement (orientations et objectifs) dans des contextes de friches polluéesLes propositions de recherche devront autant que possible servir une dynamique d’innovation et être portées par les acteurs économiques eux-mêmes.Les projets devront s’inscrire dans une démarche scientifique bien circonscrite reposant sur un questionnement pertinent, basé sur la connaissance des contextes, enjeux et états de l’art scientifiques, et sur une méthodologie de réponse prédéfinis et comportant un volume substantiel de travail expérimental et/ou d’enquêtes....